22
MAI

Le groupe Set It Off, mon indubitable coup de coeur rock de cette année, était en concert à La Maroquinerie pour son premier concert français en tête d’affiche et l’on ne pouvait pas rater ça !

C’est tout d’abord les Brawlers qui sont en charge d’ouvrir le feu avec une bonne heure de retard sur l’horaire prévue. Il est 21 heures passées quand le concert commence enfin! Apparemment la journée n’a pas été de tout repos pour les trois groupes qui jouent ce soir et pour nous l’attente fut longue mais cela valait quand même le coup de patienter sur le bitume de la Maro.

brawlersLe groupe est quand même de très bonne humeur et bien décidé à nous mettre dans sa poche. Le chanteur interagit beaucoup avec le public et se lance même dans la fosse pour danser avec tout le monde. Les titres sont punchy et leur set plein de bonnes vibes. On est conquis ! Viennent ensuite les Decade avec un show et des morceaux plus posés mais tout aussi efficace. On approuve une deuxième ce choix de première partie !

decadeC’est enfin le tour de Set It Off d’investir la scène sous des applaudissements à la fois excités et chaleureux. C’est qu’on les attendait avec impatience !

C’est avec leur morceau « Forever stuck in our youth » que le groupe commence son set avant d’enchainer avec leur nouveau single plein de pep’s « Ancient history ». Le quartet met son album « Duality » à l’honneur ce soir avec un paquet de titres de ce dernier opus comme « The haunting », « NME », « Tomorrow », « Wolf in sheep’s clohting » (mon morceau préféré) ou encore « Bleak december ».

set it offMais nous avons aussi droit à quelques titres plus anciens tel que « Partners in crime » ou encore un mash up entre « Problem » et « No Scrubs ». En tout cas quelque soit le morceau le groupe est au taquet et Cody, le chanteur, en totale immersion dans sa musique. Il chante avec ses tripes, grimpe sur les enceintes, serre un paquet de mains et transpire à grosses gouttes.

Le set se termine avec leur balade « Miss Misterious » sur lequel Cody se met au piano pour un moment touchant et rempli d’émotion. Mais c’est l’explosif « Why worry » qui termine réellement le show dans la folie générale et des sauts en pagaille dans tous les coins de la salle de la Maro. On l’aura attendu mais quel concert !

set it off set it off

22
MAI

whitecrocodileOn a écouté pour vous le nouvel album « The Strangers » du groupe White Crocodile. Le groupe de rock français promet de surprendre son public avec  un disque qui s’annonce plus profond et plus sincère. C’est parti !

L’album démarre avec la chanson « One way ticket », qui nous plonge dans une ambiance de cabaret. S’ensuit « Where’s the money », une chanson en français sur le questionnement de soi. Un morceau très rythmé avec pas mal de batterie. On continue sur le moi intérieur avec « Santa Fe » sur lequel le groupe nous invite à trouver qui nous sommes vraiment. La mélodie se fait plus lente et plus profonde. La voix est touchante.

Puis grand écart musical avec le country style « The Walker ». Mais encore une fois, les paroles nous conduisent à la réflexion. Où va cet homme qui s’est arraché le coeur, et qui ne sait plus où aller ?

Peut-être vers « Big City » ? Un titre qui nous amène dans une ville qui bouge. Une ville avec beaucoup d’énergie comme Paris, Londres ou New York, une ville qui ne dort jamais. La musique est entraînante et rapide. Il y a une bonne énergie qui se dégage de ce morceau détonnant. Alors que se fait plus doux « Loneliness ». Le groupe prend son temps et s’installe tranquillement dans un rock profond.

Puis « Les crocodiles blancs » surprend. Il détonne. Le morceau est quasiment a’cappella, sauf vers la fin du morceau où la chanteuse, elle hurle en harmonie avec la guitare. Rugissant !  On reprend le rythme avec « Les avions ». Un morceau péchu avec plus de couplets parlés plutôt que chantés. Un titre qui reste tout de même planant !

« Restless » mélange quand à lui des moments d’accalmie avec des passages puissants le tout mâtiné d’une ambiance un peu futuriste.

Ensuite « Sleepess Tango » ramène un peu de douceur. Le piano est calme, la voix de la chanteuse enchanteresse. L’ambiance est digne d’une soirée romantique en amoureux. Un peu de douceur dans ce monde de brutes n’a jamais fait de mal au contraire.

Enfin sur « The Lady’s on fire » on retrouve l’ambiance cabaret du début. La boucle est bouclée, le voyage est terminé et on a adoré !

20
MAI

Oh WonderVoilà tout juste un an que le duo londonien Oh Wonder, composé de Joséphine et d’Anthony, trace sa route à coup de titres folk et pop.

Une année explosive marquée par la sortie d’un nouveau titre tous les mois qui à chaque fois envahissait le web à une vitesse folle. Au final, plus de 10 millions d’écoutes sur Soundcloud ! Quand même !

Leur premier album verra le jour le 4 septembre 2015 sur le label Caroline et on a hâte d’écouter ça ! Is seront également de passage à Paris le 23 septembre au Pop Up Label et c’est déjà sold out !

Retrouvez-les sur Facebook 

20
MAI

C’est dans la charmante petite salle de l’Alhambra que Cody Simpson est venu défendre son album « Free » dont la date de sortie est prévue pour ce mois de juin.
Mais avant l’arrivée de la tête d’affiche se sont deux 1ères parties qui se succèdent sur scène. C’est tout d’abord Ryan Beatty qui attaque avec un petit set assez sympathique. Le jeune homme se défend bien et l’on passe un agréable moment. De quoi chauffer tranquillement la public.

Ryan BeattyPuis c’est au tour de Jackson Harris, un jeune New Yorkais, qui sait très bien comment se mettre le public dans la poche. C’est autant un plaisir auditif et que visuel que de voir le chanteur et son groupe. Ils sont agréables à regarder, et sur scène le leader est un vrai showman. Il s’amuse sur scène et attise les filles du premier rang avec plaisir et malice.  Ses chansons pop nous font passer un très bon moment et on regrette presque que son set soit si court.

Jackson HarrisLa salle est maintenant bien chauffée et Cody Simpson peut donc faire son entrée sur scène seul avec guitare mais sous une pluie de cris stridents (le public presque exclusivement féminin est très jeune…).
C’est le titre « Free » ( un extrait de son prochain album du même nom) qui ouvre le show et qui fait immédiatement cesser les hurlements (à notre plus grand plaisir). Durant la soirée, interprète une grande partie des titres de ce futur album aux sonorités pop avec quelques touches de reggae comme sur le titre « Thotful ». Cody ne manque pas de chanter également son titre « Home to Mama » (co-écrit avec Justin Bieber dont il a fait les 1ères parties en Europe).

Cody SimpsonLe chanteur ne parle pas beaucoup et les titres s’enchainent dans une alternance de nouveaux titres et de titres plus anciens tels que « La da dee » (bande originale du dessin animé « Tempête de boulettes géantes 2″) ou bien « Pretty brown eyes » suivi d’une reprise plutôt bien remixée de « Four Five Seconds » de Rihanna, Kanye West et Paul Mc Cartney.

Cody SimpsonC’est pour pouvoir se libérer de toute contrainte musicale que Cody a sorti son prochain album sur son propre label « Coast House Records ». Cela marque pour lui un nouveau départ. Il vit entièrement pour sa musique et cela se ressent sur scène. Dommage que son public ne soit pas plus diversifié (certainement du à l’association avec Justin Bieber qu’il y a tant de très jeunes filles) et surtout plus nombreux (on aurait aimé voir une Alhambra pleine à craquer). Car la soirée était juste top. Il y avait une parfaite harmonie musicale entre les groupes qui étaient tous aussi excellents les uns que les autres. Ils méritaient tous vraiment un plus large public !

Setlist : Free – Thotful – Driftwood – Sinkin In – Home to Mama – Happy Little Hippie – La Da Dee – Pretty brown eyes/45 seconds (Rihanna, K.West & P.McCartney) – Wilderness – Stop this train – Flower – It don’t matter – ABC – Love -New problems

Texte et photos : Steph Vanou

Cody Simpson

18
MAI

Enfin, l’attente est terminée!

Le nouvel album tant attendu de Chunk! No, Captain, Chunk! est sorti aujourd’hui, et c’est une très, très belle surprise. Leur dernier album, « Pardon My French », sorti en 2013, avait eu de très bonnes critiques de la part de la presse. La grande question était de savoir s’ils allaient réussir à atteindre le même niveau ou se surpasser avec « Get Lost, Find Yourself ». On ne sait pas pour vous, mais non, on est très heureux du résultat.

La seule déception qu’on peut noter est la présence de 10 chansons « seulement« , contre 12 dans leur dernier album, mais ils sont bien vite pardonnés après l’écoute de l’album.

 

On rencontre quelques petites balades (ça reste Chunk!, pas Augustana), mais la plupart des chansons restent dans le genre musical du groupe, à notre plus grand bonheur! Un peu moins de scream, mais c’est loin d’être dérangeant, la voix de Bert s’accordant parfaitement avec la musique de chaque chanson.

On a un petit faible pour quelques chansons, notamment « Pull You Under », qui commence très fort puis se calme pour reprendre de sa puissance. Des paroles qui prennent aux tripes avec « They’ll never kick us down, we have the right to be here […] never let them pull you under ».

Gros coup de coeur pour « The Other Line », sans avoir de véritable raison, mais la chanson, les paroles font écho.

« Get Lost, Find Yourself », LA ballade ET titre de l’album, elle a forcément quelque chose de particulier. Eh bien pour nous, ce sont les paroles, sans aucune hésitation. « I lost my way but I found myself […] I guess I belong somewhere else […] I spent too many nights looking back on my life and faking smiles to everyone […] All this time, I’ve walked the line, but deep inside, I was waiting for a sign ». On peut assez facilement se reconnaître dans ces paroles, se sentir concerné, et l’accumulation des voix à la fin de la chanson sur « Got lost, and found myself doing much better. Went far from this town and I’m running ever further ».

 

En conclusion, on peut dire qu’ils ne nous ont pas laissé tomber, bien au contraire! Nous n’avons abordé que quelques-unes des chansons dans cette review mais chacune a sa spécificité, comme chacune de leurs chansons, tout album confondu.

Nous vous conseillons vivement d’acheter l’album, ou au moins de l’écouter sur Youtube ou autre sites d’écoute de musique à la demande. On continuera de suivre de près les activités du groupe pour vous faire part de toute nouveauté!

18
MAI

Red ForestLe groupe normand Red Forest (post-rock/post métal) sort un premier E.P « 13.10.16″ dont on va tout vous révéler.

L’EP démarre  avec  » Raha » un titre instrumental aux guitares rugissantes. La mélodie se veut douce au début avant d’effectuer un virage à 180 degrés vers un rock plus punchy et énergique.

« Dernier souffle » est quant à lui un morceau puissant avec des riffs de guitare convaincants.  Le chant en anglais n’est là qu’en second plan pour apporter un peu de douceur à cette musique quasiment hurlante.

« Vésuve » est le titre qui détone sur cet EP. Les instruments sont plus doux, son rythme est plus lent et l’ensemble plus mélodieux.

Enfin c’est le morceau « If I was in L.A  » qui clôture ce skud. On remonte en puissance, à fond dans le rock.

En tout cas beau travail. C’est un premier EP très réussi, à écouter sans hésitation ! 

Retrouvez le groupe RED Forest également sur Facebook